Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation des intervenantes et introduction

1° partie : Historique et sociologie du couple

2° partie : Les étapes de la vie du couple

3° partie : La crise et les conflits

 

IV- Comment surmonter la crise ?

Voici quelques moyens pour traverser ce moment de crise :

Me connaître moi même « Va vers Toi » dit Dieu à Abraham (Genèse 12,1)

La vocation de l'homme est inscrite dans cette parole de Dieu à Abram : « Va vers toi » (Gn 12,1) qui peut être traduite par : « Découvre qui tu es ». Dans cette perspective, la vie spirituelle chrétienne converge vers l'avènement du sujet, la révélation du « je suis » en chacun de nous. Ce chemin passe par l'accès à son propre désir, à sa propre parole, à sa singularité libérée de l'emprise du collectif. Il conduit vers une façon d'être qui est la voie du disciple pour une transformation de notre quotidien. Pour Etre, il faut commencer par naître. Cf Annick de Souzenelle

Communiquer

Voilà un mot bien à la mode. Qu’est-ce que bien communiquer dans un couple ? C’est passer du reproche au ressenti. Exprimer ses insatisfactions, ses attentes en parlant de soi. C’est se positionner comme acteur de sa vie et non pas en victime d’un partenaire insatisfaisant. C’est parler en Je et pas en Tu qui tue.

JG Lemaire, psychanalyste dit que « Ceux qui n'auront pas été préparés dès l'enfance à exprimer leurs besoins, leurs désirs, leurs craintes et à les échanger avec leurs contemporains, seront bien mal placés dans leur tentative de vie commune.

Les parents et éducateurs qui, de nos jours continuent de façonner leurs enfants en fonction de leurs normes propres et se réjouissent de les voir se conformer sans discussion à leurs propres modèles rendent à ces derniers un bien mauvais service ».

Bien communiquer c’est savoir écouter et parler de soi, savoir exprimer les sentiments qu’une situation crée en nous. Communiquer c’est informer l’autre, ce n’est pas l’accuser, le culpabiliser.

Cela s’apprend et sera possible si je sais accueillir les attentes de mon partenaire en sachant que les miennes seront accueillies.

 

Se désirer l'un l'autre

Le temps qui passe et l’installation de la routine n’alimentent pas forcément le désir. Le couple doit être vigilant, se ménager des temps à deux, romantiques, privilégiés durant lesquels il continuera à se découvrir. C’est le domaine de la créativité. Nous l’avons dit plus haut le conjugal n’est pas le parental. La relation conjugale se nourrit au quotidien de gestes, de regards, de toucher, de paroles. La séduction doit être au rendez-vous chaque jour, il est important de se rendre désirable pour son conjoint, de faire attention à soi pour soi et pour l’autre. Savoir savourer les plaisirs que l'autre offre et renoncer à des plaisirs qui mettraient en danger le couple.

La connaissance ce n'est pas la transparence :

Cela passe par l’acceptation du jardin intime de chacun. L'autre restera toujours un sujet de mystère. Le couple ce n’est pas la fusion, ce n’est pas 1+1 = 2 mais 1+1 = 3 toi, moi, nous, cela veut dire qu’une partie de moi te restera inaccessible, une partie de toi me sera inaccessible, nous sommes ensemble pour construire une communauté.

C’est avoir la capacité de renoncer à un partenaire comblant :

L’autre est un sujet différent de moi et non un objet comblant. C’est avoir la capacité à accepter mes propres failles, mes parts d’ombre, mes fragilités, mes incapacités.

Il faut avoir de la souplesse pour pouvoir modifier ses attentes : la relation conjugale est comme de la pâte à modeler, elle s’étire, se détend, se pétrit. Elle grandit au fil du temps, elle n’est pas figée dans une image imaginaire. Chacun doit avoir la capacité à affronter le réel et abandonner ses images d’Épinal du couple parfait, idyllique.

Savoir se faire aider :

Lorsque le couple tourne en rond dans sa souffrance, lorsqu’il ne peut pas sortir des reproches, il faut être courageux pour se faire aider. Cette démarche requiert les dernières forces vives du couple. La rencontre avec un tiers est avant tout un espace et un temps commun aux partenaires, « une enveloppe provisoire pour penser ». Le regard du tiers, thérapeute, conseiller conjugal et familial..., apportera un éclairage nouveau sur la situation vécue. Ce tiers prête sa capacité d’écoute, de contenance et de traduction des émotions. Il l’aide à cheminer ensemble vers la résolution du conflit lorsque c’est possible, à voir ce qui dysfonctionne, ce qui crée de la douleur. Il aide le couple à trouver sa propre solution pour que la relation conjugale reprenne son souffle et retrouve un nouvel équilibre.

Vouloir changer l'autre, c'est difficile, on peut le faire évoluer en se comportant soi-même différemment. C'est sur soi qu'il faut travailler et non sur l'autre : acquérir une certaine tolérance et accepter de l'autre que ce ne soit pas "tout ou rien".

Il ne faut jamais oublier que l’ ennemi(e), ce n’est pas la personne qui est en face de moi et qui souffre probablement autant que moi, mais bel et bien la difficulté qui doit être affrontée ensemble.

Traverser la crise demande du courage et une confiance mutuelle pour oser aller au-delà de ce qui déçoit et blesse. La crise, quand elle est traversée, laisse des traces fondatrices pour le couple. Un couple qui arrive à passer cette épreuve, est un couple en croissance, aimant. Chaque crise traversée va favoriser une étape de croissance, un approfondissement amoureux et une nouvelle évaluation de ses fondements.

Pour traverser une crise et en ressortir grandi, il faut d’abord comprendre quelque chose de vital : un couple n’est pas une relation faite de constante approbation ou se développant sur une unicité de la pensée. C’est cette différence de réflexion, d’analyse vis-à-vis de l’environnement qui fait la richesse de la relation.

Plusieurs conditions sont nécessaires pour parvenir à sortir de cet état de crise :

  • Avoir la volonté de continuer ensemble
  • Ne pas réduire le partenaire à ses actes
  • Développer une communication de qualité
  • Empêcher le couple parental d’asphyxier le couple conjugal

Il est vrai que le couple est une aventure qui demande beaucoup de capacité d’adaptation, beaucoup de capacité à se remettre en question. Dans une vie de couple qui s’inscrit dans la durée, on passe sans cesse d’une étape à une autre étape. De crise maturative en crise maturative, il y a sans cesse un déséquilibre à traverser et un nouvel équilibre à trouver avec des réponses à inventer.

 

Conclusion

En l’espace de quelques années, le couple a profondément changé. Le lien conjugal n’est plus soutenu par des règles sociales qui l’instituaient comme fondement de la famille, aujourd’hui le couple est vécu comme devant rendre heureux au quotidien chacun de ses membres. Chaque individu attendant trop du couple, la désillusion peut être forte et mener à l’échec. Serge Héfez, psychiatre, psychanalyste, nous dit que « le couple est investissement dans le sens où il demande un travail de longue durée. Ce qui va à l’encontre d’une image du couple véhiculée par les médias comme étant entièrement spontanée, basé sur les émotions et le plaisir et pas du tout sur l’effort. La volonté de bâtir un couple, de créer une force supérieure à deux volontés individuelles, c’est aussi cela qui permet de continuer malgré les difficultés ». Il dit encore « pour réussir son couple il faut lui accorder une confiance inconditionnelle, croire totalement au lien qui unit à l’autre. Lorsqu’une tension se présente, ce n’est pas l’autre qui est insatisfaisant, c’est une règle de la relation qui ne fonctionne pas. Ce qu’il faut alors changer, ce n’est pas l’autre mais cette mauvaise règle qui fait dysfonctionner le couple. Et en créer une autre ensemble, nourrie des attentes de chacun et des projets communs ».

Il poursuit : « Pour qu’un couple puisse durer, il lui faut la volonté de durer et une capacité à transformer sans cesse la relation conjugale. Chaque jour elle grandit. « Prenons l’exemple du bébé qui devient adolescent puis adulte : il transforme sa relation avec ses parents pour devenir de plus en plus autonome tout en continuant d’être relié. C’est ce qui se joue dans le couple : sortir du lien fusionnel », advenir à soi-même tout en restant relié l’un à l’autre, découvrir que les différences sont des richesses apportées par l’autre. C’est le chemin de la maturité.

Un couple il faut que ça respire !

Pour conclure, je citerai Malraux : « le couple est la dernière grande aventure du monde moderne ! »

Tag(s) : #crise, #surmonter, #communiquer, #désir, #connaissance, #renoncer
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :