Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Echos de "Visages de solidarité : donner ou recevoir ?"

(25.03.2015, après-midi)

Présentation des témoins

+ Martine : Les personnes que je vais visiter font partie d’une population particulière et compliquée. J’y suis bénévole depuis 4 ans. Dans le centre de Long séjour de l’hôpital Louis Mourier, il y a 80 personnes, mais je ne vais voir que les personnes très isolées, sans famille, ou qui n’ont pas de visite.

Les débuts n’ont pas été faciles. Il faut arriver à se faire accepter. Il y a de grandes difficultés morales, et aussi, parfois des difficultés à parler. Il faut donc apprendre à échanger autrement que par la parole, par exemple par le toucher, mais certaines personnes ne le supportent pas. On apprend petit à petit, dans l’humilité. Il y a de l’agressivité, certains jours. C’est à accepter, même si cela montre qu’ils sont toujours vivants ! Ce n’est pas grave ! Cela ne nous empêche pas de  revenir la semaine suivante.

Il faut se faire reconnaître des personnes, puis elles s’accrochent à des petits détails. En voici trois exemples : 1) une dame qui a une passion pour les chats comme moi. Elle a des posters de chat dans sa chbre. Pour elle, je suis « Mme Chat » ; 2) pour un monsieur à qui j’ai apporté une rose le 1° octobre qui est la Journée internationale pour les pers âgées, comme à toutes les autres dans leur chambre, je suis devenue « Mme Rose » ; 3) une dame qui a vécu dans la rue et qui a des difficultés psychiques, a un langage de la rue. Elle me dit régulièrement : « Ah ! ma poule, tu es là ! » Ensuite, la conversation n’a ni queue ni tête, mais elle parle de ses difficultés. Et cela lui fait du bien de parler. Ils n’ont personne d’autres avec qui parler.

Avec d’autres, c’est seulement un regard. Je pense à une personne qui a les yeux qui sourient. J’ai appris à mettre ma main sur son bras et elle rayonne. Je viens avec des chocolats pour leur anniversaire car elles sont très seules et cela leur fait plaisir.

Même si c’est difficile, c’est encourageant !

Il y en a beaucoup qui partent seules. On s’engage à rester jusqu’au bout, jusqu’à l’enterrement. On est prévenu même si ce n’est pas une personne qu’on accompagnait.

 

Lire la suite

Les Petits frères des pauvres

Les Petits frères des pauvres

Hôpital Louis Mourier de Colombes

Hôpital Louis Mourier de Colombes

Tag(s) : #Petits frères des pauvres, #Louis Mourier, #Hôpital, #handicapés, #psychiques

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :