Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Echos de "Visages de solidarité : donner ou recevoir ?"

(25.03.2015, soirée)

Présentation des témoins

Témoignages de Florence et Philippe

Témoignages d'Armand

Discussion 1

Suite de la discussion :

Quelle est la posture du bénévole ? Comment se comporter ?

E : « A "Maman Secours", on commence par écouter, par partager un moment de convivialité. Ensuite, on voit dans quelle mesure on peut aider la personne ensuite. »

C : « Il y a un besoin d’être écouté, surtout par quelqu’un qui n’est pas payé pour cela. Créer un peu d’amitié, c’est possible.

Je suis bénévole à "La Rampe" : il y a aussi un rendez-vous avec les uns et les autres. Quand on se retrouve, on est contents. On prend un café, on discute. Il y a une tension entre écouter le plus de gens possible dans la matinée ou avoir une écoute de qualité.

B : « Ecouter, ce n’est pas prêcher la bonne parole. Avec JRS, on accueille les demandeurs d’asile. Il faut apprendre à ne rien maîtriser, à ne pas poser de question aux personnes accueillies. C’est un travail long. J’ai appris. Je suis en chemin. Personne n’a la vérité. On peut être tour à tour écouté et écoutant, dans l’échange et dans la rencontre. »

E : « On ne peut pas imposer le bien qu’on pense aux autres. »

O : « Regarder ces personnes, les écouter, c’est les faire exister, alors que ce sont des personnes qu’on n’entend pas, qu’on ne voit pas. »

B : « Tisser des liens, changer notre regard sur l’autre, quel que soit le côté où nous nous situons, c’est une leçon de courage et de ténacité. »

G : « Dans les quartiers et les cités, il y a de la solidarité, y compris dans des quartiers populaires. On aide des personnes âgées, on leur propose de leur faire des courses. Il y a beaucoup de solidarité. Et les associations seraient encore plus en difficultés s’il n’y avait pas cette solidarité ! »

S : « Parfois, il suffit juste d’un regard, juste un toucher, une présence. »

M-L : « Moi je fais des visites en maison de retraite. Je suis le conseil d’un masseur sur la manière de toucher une personne. Je ne recherche pas l’efficacité, mais il y a un courant qui passe, un fluide qui passe. Être là, seulement, pour la personne. »

T : « Pour moi, tout a commencé en Roumanie, après la chute de Ceaucescu, où j’étais allé apporter de l’aide matérielle. La situation était tellement déplorable que j’ai vu ‘un zoo d’humains’. Un enfant nous a suivis longtemps. Au moment de partir, il a mis sa main sur mon bras : j’ai eu un mal fou à la lui faire enlever. Il a mis 10 minutes avant de me lâcher. Je ne suis pas revenu le même homme après. »

C : « A "Dom’Asile", parfois nos mains ne se quittent pas, et cela se prolonge. Mais c’est variable selon les cultures. »

O : « C’est bien de permettre à l’autre de donner, même si au départ, il est celui qui est aidé.

Dans la rencontre de l’après-midi, une personne a rappelé l’existence de réseau d’échange de savoirs. »

Lire la suite

Regarder une personne, l'écouter, c’est la reconnaître et faire exister

Regarder une personne, l'écouter, c’est la reconnaître et faire exister

Tag(s) : #donner, #recevoir, #solidarité, #bénévole, #Dom'Asile, #Maman Secours, #gratuité, #écouter, #regarder, #exister
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :